La métamorphose

 

la-metamorphose

"Gregor avait l'impression que son père n'était plus seul, mais que plusieurs pères s'étaient ligués contre lui."

Auteur: Franz Kafka
Editeur: Folio Classique
Nombre de pages: 121


Dans cette nouvelle allégorique, Kafka nous amène à rencontrer Gregor, un jeune homme qui, du jour au lendemain, se retrouve transformer en une horrible bête: Un cancrelat. Nous suivons sa déchéance et les réactions de sa famille et des gens qui rencontrent cet insecte, anciennement humain.

b07k8us8Mon avis

J'entendais parler de ce livre depuis le collège. J'avais lu le procès qui m'avait bien plu et j'ai donc décidé de m'attaquer à la métamorphose. J'ai toujours aimé le style de cet auteur. Le XIXème siècle est l'une des périodes que j'adore en ce qui concerne la littérature. Je suis rarement déçue de ce genre de nouvelle ou de roman. J'ai apprécié que Kafka nous fait sentir le temps que prend cette mutation. Ce n'est pas une métamorphose purement physique. Gregor changera aussi sur le point psychologique, spirituel. D'un côté, le protagoniste n'est pas le même à cause de sa transformation en cafard mais au fil des mois, il changera aussi de comportement. Il n'est plus humain par son physique mais aussi par sa psychologie. J'ai beaucoup aimé voir la dégénérescence du héros. Cette nouvelle peut être dur à lire sur le plan émotionnel parce-qu'il faut savoir qu'à travers le personnage de Gregor, Kafka s'inflige lui même ce châtiment. La transformation du personnage représenterait ce que Kafka pense de lui-même. Se dire qu'une personne se punit à travers ses écrits et en se donnant les caractéristiques d'un cafard n'est pas vraiment réjouissant. Je pense que c'est parce-que je connais l'histoire de Kafka que La métamorphose m'a autant touché.
Cependant, il y a quelques détails qui ont pu me déranger; Notamment, le fait que Gregor se transforme en cafard. Les descriptions sont très soignées et moi qui n'aime pas ce genre de petites bêtes, j'ai eu des frissons en lisant la description du corps du personnage à son réveil, lorsqu'il découvre son nouveau corps. Mais je pense que Kafka a vraiment voulu que ses lecteurs ressentent du dégoût (mais aussi parfois, de la pitié) face à l'apparence de Gregor donc l'auteur a réussit à me "conquérir". 
Il y a également les réactions de la famille que je ne trouve pas crédibles. Les parents ont peur de vivre dans cette maison sachant que leur fils métamorphosé pourrait se trouver face à eux à n'importe quel moment. Ils n'essaient pas de faire améliorer la situation. Si la soeur de Gregor, Grete, n'était pas là, on ne sait pas vraiment ce que les parents auraient décidé de faire. Je la trouve très courageuse car elle essaie tant bien que mal à aider Gregor dans sa nouvelle situation mais parfois, la raison prévaut sur les sentiments.
De plus, même si cela donne un charme à l'histoire, le fait que l'on ne sait pas pourquoi Gregor se retrouve transformé m'a dérangé. Mais j'imagine que c'est toujours la volonté de l'auteur de laisser le public imaginé d'où vient cette métamorphose et il a peut-être voulu éviter d'intégrer la magie ou une quelconque malédiction à sa nouvelle donc il ne donne aucune raison de ce changement.
En bref, j'ai vraiment passé un bon moment avec cette lecture et la fin était comme je l'avais imaginé. CONSEIL IMPORTANT: Ne lisez pas les notes de fin de page si vous voulez éviter de vous faire spoiler... Personnellement je me suis faite avoir