Susan Hopper, tome 1: Le parfum perdu

Susan-Hopper-01-copie-1

Auteurs: Anne Plichota & Cendrine Wolf
Editions: XO éditions
Nombres de pages: 396 pages

Et si vos cauchemars prenaient vie ?
Un manoir en Écosse... Susan n'en revient pas. Du haut de ses quatorze ans, elle savoure pour la première fois le confort d'un grand lit moelleux dans une chambre bien à elle. Et cela, grâce aux Hopper qui viennent de l'adopter.
Soudain, ce n'est plus la douceur du drap qu'elle sent sous ses orteils, mais un sol rocailleux et froid. Une brise glacée lui caresse les joues. En ouvrant les yeux, elle distingue une statue qui se découpe dans le brouillard. À ses pieds, les pierres tombales s'étendent à perte de vue. Un cimetière. Elle se trouve en plein milieu d'un cimetière. Et des tombes s'échappent lentement une ombre, puis une autre, et une autre encore...
Un rêve. Ce ne peut être qu'un rêve.
Mais si ce n'était pas le cas ?
Si la malédiction qui pèse sur Susan depuis sa naissance l'avait finalement rattrapée ?

b07k8us8

Mon avis

Cela faisait quelques temps déjà que je voulais commencer la saga Oksa Pollock. Mais voyant le nombre de tomes déjà sortis, j'ai préféré tenter ma chance à masse critique pour enfin lire un ouvrage de Wolf et Plichotta.
Alors, avant ma lecture, j'étais un peu décontenancée... Une histoire d'une jeune fille de quatorze ans... Qu'est-ce que je vais bien pouvoir faire de ça?! Mais un détail m'a immédiatement rassuré: L'Ecosse. C'est un endroit qui me fait rêver, que j'ai vraiment envie de découvrir mais pour l'instant, je ne peux effectuer ce voyage uniquement par la lecture. Lorsque l'enveloppe arriva, je me suis jetée dessus. Très belle couverture et aucun soucis de livre abîmé.
Je remercie Babelio et les éditions XO qui m'ont permis de connaître ces écrivains.
Je dirai en premier à ces auteurs un grand bravo pour l'atmosphère du roman! Bien sombre, glauque et tout ce que j'aime. Cependant, ces sentiments ont vite été nuancés par Susan. Je ne trouvais absolument pas en ses traits, une jeune fille de quatorze ans. C'est quelqu'un d'intrépide... Peut-être même un peu trop. Je ne sais pas si la nouvelle génération est comme Susan, mais pour ma part, je n'étais pas comme elle il y a quatre ans et je doute que beaucoup d'adolescents l'ont été. On voit bien que ce personnage a été bien développé. J'apprécie ce travail mais à mon sens, les auteurs ne l'ont pas faite évoluée psychologiquement dans la bonne voie.
J'ai trouvé qu'on pouvait voir en Susan, un stéréotype. C'est comme les anciens dessins animés où des enfants de 10 à 16 ans mènent des enquêtes, élucident des mystères etc... Je ne dis pas que je suis adepte de la rationalité mais là, c'est un petit peu trop. Même si on peut être ému de la situation de cette orpheline, elle n'a pas été assez développé ou comme je l'ai dis auparavant, elle n'a pas été bien développé.
Faire parler des animaux est quelque chose de déjà vu et qui devient même trop enfantin pour moi. J'aime les histoires où les hommes et les animaux ont des liens très forts mais ici, ça ne m'a pas plu.
J'ai été très déçue par l'élément qui me motivait à entamer ma lecture: Le cadre spatio-temporel. Il n'y a pas ou peu d'éléments qui nous font vraiment entrer dans l'histoire et nous mettre des images en tête. Dommage.
En bref, je pense que malgré le potentiel que présentait cette histoire, elle est faite pour des adolescents qui ont le même âge que les personnages et qui n'ont pas conscience de l'importance des descriptions.

 

7/100 (challenge des 100 livres)