La forêt des ombres

 

couv51594077

Auteur: Franck Thilliez
Editions: Pocket
Nombre de pages: 366

 

Paris, hiver 2006. Arthur Doffre, milliardaire énigmatique, est sur le point de réaliser un rêve vieux de vingt-cinq ans : ressusciter un tueur en série, le Bourreau 125, dans un livre. Un thriller que David Miller, embaumeur de profession et auteur d'un premier roman remarqué, a un mois pour écrire contre une forte somme d'argent. Reclus dans un chalet en pleine Forêt-Noire, accompagné de sa femme et de sa fille, de Doffre et de sa jeune compagne, David se met aussitôt au travail. Mais il est des fantômes que l'on ne doit pas rappeler, et la psychose saisit un à un tous les occupants de la ténébreuse demeure cernée par la neige...

Séparation blog

 

Après avoir suivi les aventures de Franck Sharko... Retour aux sources avec ce machiavélique petit one-shot.

David Miller, un jeune écrivain et thanatopracteur , est repéré par Arthur Doffre. Un inquiétant bonhomme esclave de son fauteuil roulant. Il se retrouve, après plusieurs discussions avec sa femme et quelques péripéties, au coeur de la Schwartzwald - la mystérieuse forêt noire en Allemagne. J'étais très enthousiaste par ce début. Thilliez nous décrit avec habilité le métier de David. Encore une fois, on voit toutes les recherches qu'entreprend l'auteur pour enrichir son roman et toujours offrir des connaissances supplémentaires au lecteur.

Ensuite du côté de l'intrigue... Il s'agit d'un huit clos! Je rêvais d'en relire un à la hauteur de Puzzle depuis plusieurs mois maintenant, mais sans succès. La forêt des ombres se rapproche du niveau! On a d'emblée, plusieurs personnages qui ont tous des secrets (malgré eux parfois comme dans ce fameux livre cité au-dessus), une ambiance digne des plus grands films d'horreur et des décors à couper le souffle.
Bon, ce livre n'est pas aussi parfait que Puzzle mais tout est là pour me plaire. Un petit chalet en plein milieu de la forêt noire. Un arbre qui trône au milieu de ce même chalet. De mystérieuses inscriptions sur ce même arbre... Enfin, bref, vous l'aurez compris, un thriller sacrément bien ficelé.

Au niveau de notre tueur. Il est là sans être là comme le montre la quatrième de couverture. Nous revivons les atrocités qu'a commis le Bourreau 125 à travers des dossiers, des photographies et des rapports (police, autopsie). J'ai trouvé cela encore plus terrifiant que certains tueurs qui rôdent dans d'autres livres! C'était vraiment bien pensé. On découvre donc ce personnage à petites doses ce qui permet de contenir le suspens. Les destructions psychologiques qu'il inflige à ses victimes m'ont coupé le souffle à plusieurs reprises. Du sadisme de haut niveau. Nous sommes, petit à petit, face à de la parfaite paranoïa à l'instar de notre héros! On se met à douter de tout et de tout le monde en même temps que les personnages.
Et vous savez quoi? Je peux vous dire que j'ai eu l'impression d'être dans un Stephen King! Chapeau Monsieur Thilliez.

Concernant les autres personnages. Nous avons donc la femme de David, Cathy et leur fille Clara. Cathy est un personnage assez spécial qui m'a fait levé les yeux plus d'une fois au ciel à cause de sa jalousie maladive envers son mari. Quand on sait tout ce qu'elle lui cache, on ne peut avoir qu'envie de la baffer. 
Adeline et Emma, deux femmes qui vont tenir des rôles essentiels dans cette histoire aux allures banales. Je n'en dirai pas plus.

On va suivre la déchéance la plus totale de ces personnages. Certains vont l'exprimer par des colères incontrôlables, d'autres par de l'hystérie et bien pire encore.

Ce livre m'a bien plu même si j'ai pu repérer quelques éléments de l'intrigue un peu trop facilement. Enfin, comme je le dis toujours, je perçois les choses chez Thilliez mais sans vraiment être sûre de moi et je me décourage très facilement dans mes hypothèses ce qui fait que je me retrouve très souvent bluffée
La forêt des ombres ne déroge pas à la règle. Je me suis régalée!

Je mettrai quand même en garde certains lecteurs fragiles qui voudraient tenter ce roman. Il y a des images assez violentes et chocantes dans ce livre là. Je dirai qu'il n'est pas à mettre entre n'importe quelles mains.