Mercure

couv65272019

Auteur: Amélie Nothomb
Editions: Albin Michel
Nombre de pages: 220

 

Une île. Un vieil homme et une jeune fille y vivent à l'abri de tout reflet. Une infirmière survient pour soigner la jeune fille. Tandis que des relations de plus en plus confiantes se nouent entre elles, l'infirmière découvre les éléments d'un mystère et d'un drame qui tiennent à l'étrange loi que le vieil homme fait régner sur l'île.

Séparation blog

 

En parcourant les rayonnages de la médiathèque, je me suis arrêtée dans le coin "contemporain", plus précisément dans l'allée des N. Voilà comment a débuté mon histoire avec Mercure.
Il s'agit du premier Nothomb que je n'achète pas. Et bien, je l'ai vite regretté et je vais immédiatement l'ajouter à ma wish-list! Ce livre doit impérativement rejoindre ma collection!

Nous faisons la rencontre de trois personnages -comme d'habitude, ils sont peu nombreux. Françoise est une infirmière -qui ne porte pas de lunettes, très important dans l'histoire- elle va aller sur une île pour soigner la pupille d'un certain Omer Loncours, Hazel.

Françoise va très vite se rendre compte que la maison n'a rien d'habituel. Pas de baignoire, de lavabo ni de miroir. D'étranges secrets planent sur Mortes-Frontières et le lourd passé qu'a connu ces lieux vont brutalement se réactualiser.

J'ai adoré ce livre!
Le personnage masculin m'a rappelé Pretextat Tach dans Hygiène de l'assassin. On a là, le vrai style d'Amélie Nothomb de ses débuts, avec ses répliques cinglantes, son humour très spécial et puis les réactions de ses personnages. Le lecteur subit le poids du suspens et le mot de la fin arrive un peu comme un cheveu sur la soupe du style: "Ah oui au fait, j'avais oublié de vous dire...!!!". Enfin, vous voyez le genre! J'ai adoré que ce gros "boum" intervienne dans le récit comme un petit détail sans grande importance. Un jeu de style qui fait vraiment bien son effet!

L'auteur nous propose également une fin alternative. Elle n'arrivait pas à se décider donc nous livre les deux dénouements possibles à l'histoire. Pour ceux et celles qui l'ont lu, je vous confierai que je préfère de loin la seconde fin, bien plus machiavélique et qui nous donne le plus d'émotions (comme l'irresistible envie de frapper l'un des personnages féminins). J'ai des goûts étranges, n'est-ce pas?

Il s'agit donc là d'un très bon roman que je ne peux que vous inviter à découvrir!