Joyland

 

couv11636935

Auteur: Stephen King
Editions: Albin Michel
Nombre de pages: 336

Les clowns vous ont toujours fait peur ?
L’atmosphère des fêtes foraines vous angoisse ?
Alors, un petit conseil : ne vous aventurez pas sur une grande roue un soir d’orage…
Mêlant suspense, terreur, nostalgie, émotion, un superbe King dans la lignée de Stand by me.

Séparation blog

Un tel résumé est bien prometteur, n'est-ce pas? Il vous intéresse? Eh bien, arrêtez-vous là car ce blabla ne colle absolument pas à ce livre!
Albin Michel se seraient-ils trompés de manuscrit? Ou ont-ils seulement voulu berner les pauvres lecteurs que nous sommes? Dans tous les cas, j'ai été profondément dégoûtée et j'ai eu l'impression qu'on me prenait sérieusement pour une cruche.
Bon, passons à l'histoire avec un vértiable résumé.

Le personnage principal, Devine Jones, la soixantaines nous raconte l'année de ses vingt-et-un ans. Dans une réelle introspection, il nous livrera son premier chagrin d'amour, ses rencontres et surtout la vie qu'il a mené à Joyland, un parc d'attraction (où il n'y a pas le moindre clown), le temps d'un été.

Nous allons faire la rencontre d'un petit garçon atteint d'une grave maladie. J'ai trouvé son histoire vraiment touchante. C'est le seul point positif que je pourrais trouver à ce livre.

Le seul petit point "effrayant" de l'histoire c'est qu'il y aurait eu un meurtre dans le train fantôme du parc. Original me direz-vous...


Devine (appelé Jonesy par ses collègues) ne m'a absolument pas plu. Il se plaint tout le temps, repense à son ex qui l'a pitoyablement largué... Enfin bref, je n'ai pas été convaincue.

Une grosse déception pour ce nouveau livre du maître de l'horreur.