On ne badine pas avec l'amour.

 

IMG_2394

 

Auteur: Alfred de Musset
Editions: Pocket
Nombre de pages: 192

 

Dans un vague et chimérique château français, au coeur d'un parc mélancolique, l'enfant terrible Perdican joue avec les sentiments des femmes qui l'entourent.

 

Séparation blog

 

Perdican ou le nouveau don juan?

 

L'amalgame peut-être tentant en lisant ces premières lignes de la quatrième de couverture de On ne badine pas avec l'amour. Cependant, ce personnage caractérique chez Tierso de Molina, Molière ou Mozart ne peut être retrouvé ici, dans le théâtre de De Musset.
Nous avons donc Perdican, le fils d'un baron revenant dans sa petite campagne après avoir été reçu docteur. Promis à sa cousine Camille qui ne fait que l'éconduire pendant une bonne partie de sa pièce, il décide de se vanger en promettant à la soeur de lait de la jeune fille, Rosette, de l'épouser. C'est dans cette mesure que nous ne pouvons avoir le même type de personnage. Il est ici histoire de vengeance et non de plaisir. Le type de libertin ne colle pas vraiment à l'attitude de Perdican même s'il avoue avoir eu des maîtresses du temps de ses études à Paris.

 

L'amour, le thème de la pièce qui se fait discret.

 

Le titre devrait nous aiguiller sur le contenu et sur le thème principal. Mais il est vrai que l'amour ne sert que de prétexte à la pièce. Toutes les péripéties de la pièce sont-elles l'oeuvre de l'amour? Je ne pense pas.
Les personnages sont tellement bien construits que l'on oublie justement cette prépondérance de l'amour. Nous sommes plutôt des spectateurs de la manipulation, des cachoteries et de la vie en général.

L'auteur à travers l'oeuvre.

 

Pour ceux et celles qui se retrouvent sur ce blog en espérant trouver quelques détails croustillants pour leur fiche de lecture, leur dissertation ou commentaire de texte, je vous conseillerai d'exploiter au maximum le dossier qui se trouve à la fin du livre. Vous y relèverez de nombreuses annecdotes sur Musset et sa relation avec George Sand (hé oui!). C'est en connaissant ces détails que l'on pourra exploiter l'oeuvre dans son intégralité et ce n'est pas négligeable.

Pour le style de l'auteur, il reste fidèle à lui même. Sa plume est toujours fluide. Un texte d'époque qui reste facile de compréhension.

Les différentes tonalités que l'on observe dans le texte sont liés à chaque personnage. C'est de cette façon que l'on voit que De Musset s'est investi dans ses personnages afin de donner tout son sens à la pièce en passant du comique de situation au tragique jusqu'au pathétique (très belle chute, en passant).

 

Vous l'aurez compris, j'ai beaucoup apprécié cette petite pièce de trois actes très rapide à lire mais tellement efficace!
Un incontournable pour les amoureux des lettres et les étudiants. Du romantisme à souhait.