Barbe bleue

index

 

Auteur: Amélie Nothomb
Editions: Albin Michel
Nombre de pages: 170

 

La colocataire est la femme idéale.

Séparation blog

Don Elemirio, un aristocrate espagnol vivant à Paris et Saturnine, une enseignante de l'Ecole du Louvre. Deux personnages que tout oppose mais pourtant leur rencontre donnera à leur vie un tout autre sens.

Barbe bleue ou le récit d'un couple hors norme.


Don Elemirio est un homme qui, après la mort de ses parents, vit dans son immense appartement accompagné de ses trois employés, du personnel exclusivement masculin. Vingt ans qu'il vit selon son quotidien d'hermite. Mais pourtant la solitude le pèse et la seule façon qu'il a trouvé de rencontrer des femmes reste les petites annonces de collocation qu'il publie - étrangement - très régulièrement. Saturnine s'intéresse à cette proposition fort alléchante: un loyer plus que correcte, situé en plein coeur de Paris et une vie partagée avec un énigmatique personnage. Elle va donc se proposer comme colocataire et sera choisie par l'aristocrate en dépit des nombreuses autres femmes qui s'étaient proposées avant elle.

La ressemblance entre Prétextat Tach (de Hygiène de l'assassin) et Don Elemirio est frappante. Amélie Nothomb établit quelques parallèles avec son premier roman et une continuité très satisfaisante entre ses manuscrits. Le retour aux sources est saisissant.
L'omniprésence du champagne nous rappelle également Le Fait du prince et Pétronille. Là aussi, cet élément nous permet de voir une belle fresque contemporaine à la façon des Rougons-Macquart de Zola.

La collocation va prendre des allures assez mystérieuses lorsque Don Elemirio va interdire l'accès à une secrète chambre noire (qui n'est jamais fermée à clé) à la jeune femme. A ce moment, Amélie Nothomb s'essaie au thriller d'une manière bien à elle. L'atmosphère du roman est très calme, rythmée seulement par les dialogues des personnages et les petits déplacements de Saturnine entre l'appartement et l'Ecole du Louvre. Cependant les épisodes de la jeune femme donnant ses cours conduisent à des ellipses. Toutes les actions se déroulent uniquement dans leur lieu de vie.
Les lieux et personnages (qui se résument au personnel de maison au nombre de trois, l'amie de Saturnine et les deux protagonistes) du roman sont très restreints, ce qui leur donne beaucoup plus de valeur et de force.

L'ambiance se dégrade peu à peu et finit par devenir malsaine au trois quart du roman. Saturnine, bien que décontenancée par tant de mystères, continue de jouir du luxe que lui propose l'aristocrate. Cela provoque alors chez le lecteur une soif de découverte. Amélie Nothomb prend plaisir à manipuler ses personnages afin de nous cacher les éléments essentiels au sujet de Don Elemirio. Elle pousse le vice à son paroxysme. Lorsque la vérité surgit autour de la mystérieuse disparition des huit précédentes colocataires de Don Elemirio, la situation est inexplicablement toujours stable entre les personnages. Ce détail met le lecteur dans l'incompréhension et la perplexité jusqu'à la chute.

Une très bonne lecture en somme même si les habitués de l'auteur sauront très rapidement ce qui se cache derrière les personnages. Une écriture toujours aussi délicieuse et une atmosphère glauque à souhait.
Un roman à ne pas manquer!