Thérapie

couv65851780

Auteur: Sebastian Fitzek
Edition: Le livre de poche
Nombre de pages: 309

[Quatrième
de couverture]

Josy, douze ans, la fille du célèbre psychiatre berlinois Viktor Larenz, est atteinte d’une maladie qu’aucun médecin ne parvient à diagnostiquer. Un jour, après que son père l’a accompagnée chez l’un de ses confrères, elle disparaît. Quatre ans ont passé. Larenz est toujours sans nouvelles de sa fille quand une inconnue frappe à sa porte. Anna Spiegel, romancière, prétend souffrir d’une forme rare de schizophrénie: Les personnages de ses récits prennent vie sous ses yeux.
Or, le dernier roman d’Anna a pour héroïne une fillette qui souffre d’un mal étrange et qui s’évanouit sans laisser de traces… Le psychiatre n’a dès lors plus qu’un seul but, obsessionnel: connaître la suite de son histoire.

Séparation blog


[Mon avis]
Ce livre… Je voulais le lire depuis déjà quelques années. Ca m’embête d’être autant habituée aux thrillers. Je vois toujours certains éléments de la fin dès la lecture de la quatrième de couverture! Il faut croire que l’originalité niveau thriller n’est pas encore tout à fait exploitée. Il est bien dommage de deviner la fin à chaque thriller que l’on a entre les mains. Revenons-en à l’histoire! Notre cher Docteur Larenz cherche donc à retrouver sa fille. Il se trouve sur l’île de Parkum lorsqu’il reçoit la visite de cette fameuse Anna. Elle prétend qu’un confrère de notre protagoniste l’a envoyé consulté Larenz… Alors que celui-ci n’exerce plus!
A partir de là, j’ai trouvé le temps plutôt long. Il est vrai que nous avons tout aussi envie de connaître les histoires qu’Anna a à nous dévoiler mais l’auteur ne parvient pas à nous tenir en haleine. En tous cas, c’est ce que j’ai ressenti. 
Le shéma narratif est bien trop répétitif. Il se présente ainsi: visite d’Anna > intervention d’un autre personnage prévenant Larenz qu’il est en danger > retour à la clinique de Wedding.


Les titres de certains chapitres sont cependant très intéressants! Nous avons un décompte, dès le second chapitre avec la mention: « Parkum, cinq jours avant la vérité ». De quelle vérité s’agit-il? Là, j’avoue que l’auteur a réussi à capter mon attention.
La trame en elle-même est plutôt bien trouvée. Un père recherchant sa fille ayant mystérieusement disparue. Mais la recherche n’était pas assez active pour moi. Le fait que Larenz attende qu’Anna lui rende visite à eu le don de m’agacer. J'avais envie de secouer ce cher docteur et de lui crier "Ta fille s'est volatiliser, mec! Fais quelque chose!" (oui, vous pouvez constater que je me sens très concernée par mes fictions ^^) J’ai été assez déçue de ce côté là mais on comprend très vite le pourquoi du comment à la fin. Je pardonne donc l’auteur pour ces quelques « longueurs » et ce manque d’action. Je sais bien que cela fait parti de l’effet suspens des thrillers mais bon….

J’ai apprécié le fait qu’Anna soit mise en avant. C’est vraiment LE personnage inquiétant de l’histoire. On ne sait pas vraiment ce qu’on doit penser d’elle, on s’en méfie jusqu’à penser qu’elle a peut-être un bon fond et puis non, et puis peut-être… Enfin, vous voyez le genre ;)

Malgré le lourd suspens dont a été victime le livre, les pages se tournent à une vitesse folle, drôle d'association, je sais.


Il s’agit là du premier thriller allemand que j’ai pu lire. Je suis contente que Sebastian Fitzek ait ouvert le bal dans la catégorie « germanique » du blog! Je le salue d’ailleurs pour avoir su maîtriser son histoire qui est véritablement sans faille! Le dénouement nous fait l’effet d’une claque monumentale.


Bravo Monsieur Fitzek et à très vite pour Tu ne te souviendras pas !